Contact
Carmanews
Agenda

Le séminaire des Carmes hors les murs.

Cette année, la session de rentrée du Séminaire des Carmes s’est déroulée à Metz (Moselle) du 9 au 12 septembre.

Quatre jours pour parcourir le patrimoine religieux de la ville, découvrir la figure de Robert Schuman, père de l’Europe et nous mettre à l’école du Christ en « disciples missionnaires », en plongeant dans l’évangile selon saint Luc.


© Séminaire des Carmes

  8 septembre 2017. L’heure de la rentrée a sonné pour les séminaristes des Carmes. Les nouveaux découvrent les lieux, les anciens réinvestissent leurs cellules, on fait connaissance. Mais dès le lendemain, la communauté met le cap à l’Est en direction de Metz où nous accueillent nos confrères du Séminaire de Lorraine.

Samedi et dimanche ont été consacrés à la découverte des lieux.

Direction Scy-Chazelles, à quelques kilomètres de Metz, pour une messe dans la chapelle où est enterré Robert Schuman (1886-1963). Durant son homélie, Monseigneur Lagleize, évêque de Metz, a mis l’accent sur quelques traits saillants de la personnalité de ce chrétien convaincu, père de l’Europe, dont le procès de béatification a été ouvert en 1990. La visite de sa maison et du musée attenant nous a permis de comprendre l’homme et ses convictions. Issu d’une terre aux frontières mouvantes à une époque pour le moins compliquée, animé d’une foi profonde, Schuman vécut son engagement en politique comme une vocation au sens fort du terme, convaincu de la nécessité absolue d’une union des peuples européens.

 


© Séminaire des Carmes

  Puis ce fut la découverte de la cathédrale de Metz, assez méconnue (au grand dam du père Holzer, directeur du séminaire et fervent promoteur de l’édifice). Grâce aux explications des pères Guerigen (ancien de la maison) et Bonisoli (ancien de l’ISPC), nous avons pu pénétrer l’histoire complexe de la ville de Metz et de la cathédrale, et retracer dix-huit siècles de présence chrétienne ! Une des particularités de la cathédrale, qui lui vaut le surnom de « lanterne du Bon Dieu » est son extraordinaire surface vitrée, la plus grande de France. Nous avons pu admirer les vitraux du XIVe siècle, les vitraux renaissance de Valentin Bousch, mais aussi les créations contemporaines de Bissière et Chagall.

Metz de jour, Metz de nuit

Sous le soleil ou sous la pluie… Nos différents guides nous ont fait arpenter les rues de la ville en tous sens, sur la piste des églises du centre-ville, parmi lesquelles Saint-Pierre-aux-Nonnains, construite au IVe siècle mais attribuée au culte au VIIe siècle, la chapelle templière du XIIe siècle, l’église Saint-Eucaire et son portail flamboyant, centre de pèlerinage à saint Blaise, l’église Notre-Dame dans le plus pur style classique, le temple neuf, vestige de la présence prussienne. Notre visite s’est achevée dans la paroisse d’un ancien supérieur des Carmes, le père Robert Scholtus : Saint-Maximin abrite un ensemble de vitraux signés Cocteau dont la pluralité d’interprétations possibles déchaine les spécialistes.

 


© Séminaire des Carmes

  Après avoir vu comment des générations de chrétiens à la foi vivante l’avaient inscrite dans la pierre et dans leurs actions, vint le temps pour nous d’en faire autant ! Lundi et mardi ont été consacrés à un temps de récollection prêchée par le père Fabien Faul, du diocèse de Metz, à partir du chapitre 9 de l’évangile selon saint Luc. Une subtile articulation, à partir de ces pages, entre l’appel à devenir disciple missionnaire et les quatre axes de notre formation : humaine, spirituelle, intellectuelle et pastorale.

Forts de cette triple expérience, humaine, « touristique » et spirituelle, nous avons rejoint la capitale au terme de ces quatre jours denses et riches.

Benoît Bizet, séminariste en 3e année pour le diocèse de Verdun.

 


© Séminaire des Carmes

Album photo

 -  - 
© Séminaire des Carmes 2012 - Mentions légales - fil rss